My first time in the USA !

5442_10207471528897942_6318099489984912520_nDu 25 au 28 janvier, j’ai eu le privilège d’être invité par nos partenaires américains de l’Evangelical Covenant Church à leur grande rencontre annuelle « Midwinter », à Chicago. Cette rencontre rassemblait un millier de pasteurs et serviteurs de Dieu. Mais c’était un redoutable privilège puisqu’il était assorti d’une invitation à apporter deux contributions en anglais : une présentation de 7 minutes sur le thème : « l’Église n’est pas morte : Vitalité dans le contexte français » et un atelier de 2 heures 30 sur le thème : « Un ministère florissant dans un monde post-chrétien. » J’ai donc essayé de m’en acquitter le mieux possible, with my french accent ! (Les vidéos des sessions plénières, y compris mon intervention de 7 minutes, sont sur www.covchurch/midwinter) conferenceroom

 

Je ne vous ferai pas un compte-rendu détaillé de tout ce que j’ai vu et vécu dans ces journées très riches. Je me contenterai de quelques-unes de mes impressions les plus fortes. D’abord, l’accueil chaleureux de tout le monde. Nos amis américains n’ont pas leur pareil pour vous accueillir et vous encourager et il ne m’a pas fallu longtemps pour me sentir en famille. D’autant que j’ai bénéficié de l’aide et de l’accompagnement bienveillant de John Kerl, responsable des missionnaires Covenant en Europe. Je lui en suis reconnaissant. Ensuite bien-sûr, il y avait la qualité de l’organisation, le timing respecté à la lettre, la dimension professionnelle de l’ensemble, la qualité des intervenants…

milleniumpark Mais ce qui m’a le plus impressionné, c’est la volonté sans cesse affirmée d’incarner l’évangile dans le quotidien, de s’impliquer dans un travail de compassion et de justice sociale, d’accueillir tout le monde dans l’Église, et de proposer un accompagnement à tous ceux qui le demandent, quelle que soit l’arrière-plan, l’appartenance ethnique ou l’orientation sexuelle. Bref, vivre un évangile qui ne choisit pas entre l’appel à la conversion et la compassion. Par exemple, le concert d’inauguration du lundi soir, par The Brilliance, était non seulement d’une grande qualité artistique et remarquablement créatif, mais abordait aussi des thèmes forts avec des paroles engageantes. On était loin d’un simple concert de louange puisque les chants évoquaient le racisme, appelaient à pardonner, à être artisans de paix, faisaient référence à un voyage en Israël et Palestine, parlait des musulmans, des catholiques. Bref, un concert qui invitait à la prière, à l’engagement et la consécration. Autre exemple, le mercredi matin avec l’intervention du responsable de Lead them home qui travaille parmi les communautés LGBT (lesbiennes, gay, bi- et transsexuels), mettant en lumière le drame des suicides d’adolescents homosexuels et insistant sur la nécessité, pour l’Église, d’être présente et d’offrir un véritable accueil et un soin pastoral pour tous. Echos étonnant à notre contexte protestant français et une interpellation vraiment remuante.1660869_10207493315882603_1906281052707932177_n

Une autre réalité impressionnante était la volonté clairement affirmée, et mise en œuvre, de vivre la diversité. Aujourd’hui, la Covenant Church favorise l’implantation d’Eglises multiculturelles et s’implique dans un travail de réconciliation. Elle fête cette année le 40e anniversaire de la consécration des femmes pasteurs et la diversité hommes-femmes est aussi favorisée : la moitié des orateurs de la rencontre étaient des femmes, des postes clés dans la structure de l’Église sont confiés à des femmes… Quand on pense que chez nous il n’y a qu’une femme sur 10 membres de la CS… on a encore du chemin à faire !

northparkJe suis rentré de mon séjour aux USA encouragé et stimulé. Bien-sûr, le contexte est différent, la culture américaine n’est pas la nôtre. Nous avons nos défis à relever. Mais nous appartenons bien à une même famille spirituelle et nous avons tout à gagner à développer encore notre partenariat avec la Covenant Church, d’autant que les différents responsables de cette Église m’ont redit leur volonté de poursuivre et approfondir nos partenariats. En élargissant notre horizon au-delà de nos frontières, et pas seulement en Amérique, nous nous enrichissons et nous nous sentons ensemble ouvriers pour le Royaume de Dieu.

Vincent Miéville, président de la commission synodale de l’UEEL

chicagoriver northparktheologycenter