Un héritage

L’Union des Églises évangéliques libres de France est née en 1849. Avant de caractériser l’originalité de cette création, et pour la comprendre, il faut rappeler le contexte historique immédiat.

Préalablement, il convient même de souligner que si la constitution de l’Union a paru nécessaire à ses fondateurs, ils n’avaient pas plus que nous la prétention de construire ex-nihilo. Tout en nous rattachant au Christ chef de l’Église, et aux apôtres (Eph 2.20-22), nous sommes cependant conscients de notre héritage historique.

C’est par l’Église de Dieu que la vérité nous a été transmise, et notre dette est grande à l’égard des chrétiens des siècles passés. Nous avons une particulière reconnaissance pour l’Église ancienne qui a défini sa foi dans les grands conciles des 4ème et 5ème siècles (Nicée, Constantinople, Ephèse, Chalcédoine) ainsi que pour la Réforme qui a remis en honneur les grandes vérités du salut. Si l’Église-institution n’a pas toujours été, loin de là, l’Église de Dieu, nous confessons que jamais le Seigneur n’a manqué de témoins.

On situe bien la spécificité des Églises libres en comprenant en quoi elles sont héritières de la Réforme, et en quoi elles s’en distinguent.