Menu Content/Inhalt
Etudes Il y a aussi des vocations discrètes

Il y a aussi des vocations discrètes

 

Dernière étude de notre série sur les vocations : celle de l’évangéliste Marc, personnage discret mais qui a laissé des traces…

 

  Il y a, dans la Bible, des vocations et des appels spectaculaires comme ceux d’Ésaïe ou de Paul, de Samuel ou de Pierre. Mais il y a aussi une multitude d’ouvriers de Dieu que ce dernier appelle sur son chantier, et qui sont des gens ordinaires. Ceux-là ne sont pas moins exceptionnels dans leur engagement que les vedettes bibliques montrées en exemple. En étudiant l’Évangile de Marc, je me suis interrogé sur cet auteur qui, le premier, a rédigé une biographie de Jésus. Qui l’a poussé, mis en route, inspiré ? Qui l’a guidé pour écrire un tel récit indispensable à la connaissance du Christ ?

Discrétion
La première fois (peut-être) qu’il se met en scène, c’est lorsqu’il signe discrètement son texte en se présentant si modestement qu’il est même dans le plus simple appareil1. Si Marc raconte ce détail exclusif, c’est qu’il est lui-même la victime de cet épisode.
Marc pouvait être un proche de Jésus, l’un des 70 disciples anonymes ! Son cheminement demeure chaotique jusqu’à ce qu’il retrouve Pierre dans sa mission à Rome. Il est impossible de suivre Marc sans évoquer Pierre, Barnabas et Paul. Le jeune homme a, au milieu de ces monstres sacrés de l’Église, du mal à exister. La tradition dit qu’il aurait été baptisé par Pierre. Par contre, des indices plus bibliques sont à relever pour cerner son histoire. Il était d’une famille aisée et instruit ; sa mère possédait une grande maison à Jérusalem, premier lieu de culte dans la ville. Il est possible que ce soit dans cette maison que la Cène ait eu lieu. Marc raconte une étrange affaire2 : l’homme qui porte une cruche (alors que ce sont les femmes qui font ce travail) est peut-être un signe de ralliement suivi d’un mot de passe pour un repas qui se déroulera clandestinement. Et si Marc était l’homme à la cruche ? De cette maison on reparle dans les Actes3. Ce jour-là, en sortant miraculeusement de la prison, Pierre échoue dans « la maison de Marie, la mère de Jean surnommé Marc ! »

Relations
Grâce à Paul4, on sait que Barnabas est le cousin, voire l’oncle de Marc. Ce détail permet de mieux saisir pourquoi Barnabas, qui a reçu un appel précis pour la mission avec Paul, a été capable de rompre avec l’apôtre en soutenant Marc5. La famille fait prendre des risques ! Barnabas et Marc se retrouvent à Chypre, puis Marc est à nouveau au côté de Paul (Barnabas est mort ?). Notre homme devient collaborateur de Paul qui, désormais, le protège6.
Si Marc accompagne Paul jusqu’à Rome, c’est là qu’il retrouve Pierre ; il devient son secrétaire7. Voilà donc Marc auprès de celui qui peut lui raconter, dans le détail, la vie et l’enseignement de Jésus. De quoi écrire un évangile !

Fidélité
Marc, un homme consacré, blackboulé par les événements, bousculé par les circonstances, coincé entre de plus grands que lui... Quel chemin depuis le moment où il perd son drap et celui où il rédige l’Évangile ! Mais n’est-ce pas cet itinéraire qui atteste d’un appel et d’une vocation irréfutables ? Bien des croyants construisent l’Église en témoignant fidèlement, simplement, quotidiennement. Ces gens ne vivent pas des conversions et des appels mémorables ; ils sont pourtant au cœur d’une histoire à laquelle ils décident de participer. Leur témoignage est une mise en pratique d’un appel plus largement partagé : « Tout ce que ta main trouve à faire, avec ta force, fais-le ! »8

 

 

Éric Denimal, écrivain et conférencier

Éric Denimal vient de publier un livre à partir d’un an de prédications sur Marc : « Le Christ selon Jésus » aux Éditions Presses de la Renaissance



1 Marc 14:50-52
2 Marc 14:12-15
3 Actes 12:12
4 Colossiens 4:10
5 Actes 15:36-39
6 Voir Colossiens 4:10 ; 2 Timothée 4:11
7 1 Pierre 5:13
8 Ecclésiaste 9:10