Menu Content/Inhalt
Etudes Recruté par le Dieu rédempteur (Exode 3:1 – 4:17)

Recruté par le Dieu rédempteur (Exode 3:1 – 4:17)

etudesDepuis que l’humanité révoltée a été chassée de la présence du Seigneur, Moïse est le premier être humain à accéder à l’intimité du Tout-Puissant. Ainsi, le texte d’Exode 3:1 - 4:17, qui relate sa vocation, est un des plus bouleversants de l’Écriture.

 

Le Seigneur appelle tout d’abord Moïse à le connaître.

Il se révèle à Moïse dans son essence. Dans le livre de la Genèse, après la chute, il s’était fait connaître comme le « Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob » et par ses titres, tel « le SEIGNEUR, le Dieu Très-Haut qui produit le ciel et la terre » (Gn. 14:22).  Mais là, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, il se présente de façon particulièrement intense car il donne Son nom (3:14-15) en utilisant une forme du verbe être « moi, je suis celui qui est », rendu par le tétragramme : YHWH. Dans la pensée hébraïque, le nom est étroitement lié à l’être d’une personne ; le connaître, c’est pénétrer l’intimité de cette personne car il indique le cœur de son être, le sens de sa vie, l’orientation fondamentale de ses choix et actions. L’intimité avec le Dieu rédempteur devient donc le terreau de la vocation de Moïse, et c’est à son œuvre de rédemption qu’est appelé Moïse.

Le Seigneur appelle Moïse à participer à son œuvre rédemptrice

La révélation du nom du Seigneur, qui il est, est indissociable de son œuvre de rédemption, ce qu’il fait. Cela se retrouve dans la construction-même du texte : la révélation du saint nom (Ex. 3:13-15) est immédiatement précédée et suivie par l’affirmation de la compassion du Seigneur envers les Israélites réduits en esclavage (7-12 et 16-18). Ainsi, les versets 13-15 sont au cœur de l’œuvre de l’Éternel, une œuvre de salut qui, sous la conduite de Moïse passera par la Pâque. La mission de Moïse s’inscrit donc de manière décisive dans le plan du Seigneur ; toutefois elle n’est que la préfiguration du ministère parfait de Jésus qui viendra délivrer l’humanité esclave du péché et la conduire, en passant par la Pâque, jusqu’à cette terre restaurée où il sera présent au milieu de son peuple.

Le Seigneur l’appelle à dépendre entièrement de lui

Grand prophète et précurseur du Christ certes, Moïse n’en reste pas moins un homme ordinaire. Son histoire résumée en Actes 7 montre comment l’Éternel a choisi de ne pas utiliser l’homme de 40 ans, qui, plein de force et de juste indignation, tua le tortionnaire égyptien, mais l’homme de 80 ans en proie au doute et à la faiblesse. C’est lui qui a l’initiative, et quand il appelle, il n’y a pas de barrière qui tienne, même pas celle de l’âge, de ses insuffisances, de ses propres raisonnements. Là, au buisson ardent, Moïse doit contempler la sainteté absolue et en retour de cette lumière se voir tel qu’il est réellement, c’est à dire un misérable pécheur impuissant. Alors, effectivement, qui est-il, ce Moïse, quelle est son autorité ? Mais le Seigneur l’appelle à dépendre de lui pour l’accomplissement de sa mission.Il peut désormais prendre autorité sur les Israélites au nom de « Je suis » ; il peut s’engager avec confiance malgré la taille de ses adversaires – le pharaon, ses dieux, ses magiciens, ses armées – car « Je suis » est avec lui. Bien que la vocation de Moïse soit exceptionnelle, elle nous parle de notre propre vocation. Le Seigneur en effet ne nous appelle-t-il pas, nous aussi, à le connaître intimement, à oeuvrer dans son plan de salut et à aller là où il nous envoie, dépendants non de nos propres forces mais de la sienne ?

Danielle Drucker, pasteur de l’EEL de Saint-Genis Laval (69)